Paroisse cathédrale Saint-Jean de Maurienne
http://paroissecathedralemaurienne.com/FETE-DE-LA-SAINTE-FAMILLE-ET-OSTENSION-DES-RELIQUES-DE-SAINT-AYRALD
      FÊTE DE LA SAINTE FAMILLE ET OSTENSION DES RELIQUES DE SAINT (...)

FÊTE DE LA SAINTE FAMILLE ET OSTENSION DES RELIQUES DE SAINT AYRALD

Le dimanche 27 décembre 2015, Cathédrale Saint Jean-Baptiste

C’est par une belle journée d’hiver (sans neige !) que s’est déroulé le grand moment, préparé avec soin par notre paroisse, du départ des reliques de l’évêque de Maurienne Saint AYRALD, pour son ancienne chartreuse de Portes. Depuis son retour vers la seule et unique Maison de ceux qui croient au Christ, vers l’an 1140, les reliques de notre saint évêque n’avaient jamais quitté le diocèse de Maurienne. Après neuf siècles, elles ont donc commencé un pèlerinage en quelque sorte « extraordinaire », ou à tout le moins, absolument unique !

Saint Ayrald, tableau du XVII° siècle

Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit (Jean 3, 8)

C’est au cours de cette belle journée que nous allions découvrir, dans le silence du désert de la chartreuse, comment l’Esprit-Saint a emprunté le chemin du cœur de ses fidèles, pour aboutir à ce pèlerinage tout spirituel. En effet, à la fin de l’année 2014, une grande célébration du Sacrement de Confirmation a eu lieu dans notre cathédrale de Maurienne. Parmi les confirmés de ce jour-là, se trouvait un jeune homme originaire de l’Ain, qui connaissait lui-même un prêtre en contact avec un moine chartreux. Dans une correspondance, ce prêtre confiait à la prière du moine le jeune homme, qui devait recevoir la Confirmation … à Saint-Jean-de-Maurienne. Le religieux, voyant ce nom, pensa bien vite que c’était le diocèse de saint Ayrald, chartreux comme lui, et qui plus est, au sein du même monastère ! Il fit donc demander à ce jeune homme, quand il serait en Maurienne, d’interroger autour de lui pour savoir si le nom d’Ayrald évoquait quelque souvenir. De retour chez lui, le nouveau confirmé apprenait à son curé que oui, on connait bien là-bas un certain Ayrald, qui avait été chartreux, mais … c’est très vieux ! Ainsi, la nouvelle arriva à la chartreuse, où l’on confia alors à La Poste un courrier, demandant à notre évêque s’il se trouvait encore dans sa cathédrale des reliques de ce saint évêque … et tout commença ainsi !

Sacristie de la cathédrale : le reliquaire avant la messe du 27 décembre 2015

Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume. (Luc 2, 41-52)

Ainsi, après de longs mois de préparation, c’est pendant la messe très solennelle de la Sainte Famille, que fut célébré le départ des reliques de saint Ayrald pour la chartreuse. Ainsi était inauguré un « jumelage spirituel » entre notre église diocésaine et la communauté des chartreux. Signe providentiel : l’évangile du jour nous rappelle aussi un pèlerinage, celui des parents du Seigneur, parcourant plus de 100 kilomètres pour se rendre à Jérusalem, et se présenter au Temple. En traversant la grande nef de notre cathédrale, passant au milieu de la communauté des diocésains de Maurienne, nous ne doutons pas que notre saint évêque, au ciel, priait avec beaucoup de joie pour ceux qui, neuf siècles après, se rassemblaient avec lui pour célébrer l’Eucharistie.

L’assemblée, chantant avec ferveur pour l’ouverture de cette belle journée

Les reliques, escortées d’une garde d’honneur spécialement constituée pour les accompagner durant toute cette grande journée, entrent dans la cathédrale.

Entrée des reliques dans la cathédrale, alors que la célébration va commencer. A l’arrière-plan, saint Ayrald, sculpté en 1891 pour la chapelle offerte à la cathédrale par l’Ordre des Chartreux

Annonce de l’ostension des reliques, et ouverture de la célébration.

« Dans quelques semaines, se terminera l’année de la vie consacrée, voulue par le Pape François, et au cours de laquelle il a demandé aux Ordres religieux de l’univers entier, d’approfondir leur charisme particulier, en se rapprochant au plus près de l’esprit de leurs fondateurs. En ce sens, les Pères chartreux ont voulu honorer de manière toute spéciale leurs saints et bienheureux prédécesseurs dans la vie cartusienne. C’est pourquoi ils ont demandé à notre évêque Monseigneur Ballot, en février dernier, de permettre que les reliques de saint Ayrald soient conduites en leur monastère, la chartreuse de Portes, pour la fête de la clôture de l’année de la vie consacrée. Vers 1120, Ayrald, avant d’être évêque de Maurienne, fut moine de cette chartreuse. Humble moine chartreux, prêtre, puis évêque de Maurienne, la sainteté d’Ayrald a rayonné dans son diocèse pendant les années de son épiscopat, et neuf siècles après sa mort, il nous rassemble aujourd’hui dans cette cathédrale qui fut la sienne pour célébrer l’Eucharistie. Dans quelques heures, pour la première fois depuis sa naissance au ciel, vers l’an 1140, il franchira le seuil de la chartreuse de Portes et y retrouvera ses frères chartreux. Avec l’Enfant-Jésus, avec sa Mère Marie, avec saint Jospeh, avec saint Ayrald, prions maintenant tous ensemble : que la lumière divine de la Vérité vienne pour chaque homme, pour la famille humaine et pour chacune de nos familles ! »

Après avoir installé les reliques devant le maître-autel de la cathédrale, elles reçoivent les honneurs de l’encens, marque de respect, d’affection et de reconnaissance envers Dieu, la Vierge Marie, et les saints.

Encensement de l’autel, de la Croix du Seigneur, et des reliques de saint Ayrald.

Vénération de l’autel, de la Croix du Seigneur, et des reliques.

Le reliquaire est revêtu du vêtement monastique et des insignes pontificaux

Alors que toute la communauté rassemblée dans la cathédrale vient de se présenter au Seigneur pour implorer son pardon, on procède au très beau rite, aussi très symbolique, qui rappelle qu’avant d’être un saint canonisé par l’Église, Ayrald a été comme chacun de nous un baptisé, qu’il a embrassé la vie religieuse dans l’Ordre des chartreux, et qu’au désert de la chartreuse, l’Église est venue l’appeler à l’épiscopat, pour qu’il devienne Pasteur et Serviteur de ses frères.

On présente les vêtements destinés à recouvrir le reliquaire.

Le célébrant dit : « Ayrald, à son baptême, puis à sa profession solennelle dans l’Ordre des Chartreux, a porté le vêtement blanc de ceux qui sont devenus les disciples du Seigneur  » ; les membres de la garde des reliques revêtent alors la châsse du vêtement blanc. Ce vêtement, qui rappelle celui du baptême, rappelle aussi, par les deux larges bandes tombantes sur ses côtés, le scapulaire des chartreux, caractéristique de leur habit religieux.

Tout près de son Saint Patron, le petit Ambroise-Ayrald, âgé de 3 ans, et originaire de Montvernier, fête en ce jour le premier anniversaire de son baptême !

Le célébrant dit : « Ayrald, prêtre, prieur de la chartreuse de Portes, a porté l’étole pastorale, symbole de la justice et de l’immortalité, pour bénir et pour administrer les Sacrements » ; on revêt alors la châsse de l’étole pastorale blanche.

L’étole, symbole de la justice et de l’immortalité

Le célébrant dit enfin : « Ayrald, évêque, a porté la croix pectorale, tenant au milieu de son peuple la place du Christ Pasteur, comme celui qui sert ». Les membres de la délégation revêtent la châsse de la croix pectorale. Il s’agit de celle qui avait été, en 1891, placée sur les reliques dans la chapelle Saint-Ayrald à la cathédrale.

Le plus jeune « Ayrald » du diocèse observe avec curiosité le plus ancien !

Ainsi, dans le chœur de notre cathédrale, se poursuit la prière liturgique autour de saint Ayrald

Pendant cette célébration, à la fois priante et très joyeuse, chacun a pu s’unir à sa manière à la grande prière de l’église diocésaine, et à celle silencieuse et cachée des chartreux. Comment ne pas penser que les murs de notre église, élevés entre 1035 et 1075, sont ceux-là même où célébrait l’évêque saint Ayrald, entouré de son clergé, et de la foule des fidèles chrétiens, exactement comme ce matin, comme un trait d’union entre les innombrables générations de ceux qui, en ce lieu, se sont tournés vers le Seigneur, ou bien sont revenus vers lui.

Les murs romans de la cathédrale du XI° siècle, témoins de la charité pastorale de l’évêque Ayrald.

Pendant que l’assemblée chante le psaume du jour, « Heureux les habitants de ta maison : ils pourront te chanter encore ! Heureux les hommes dont tu es la force : des chemins s’ouvrent dans leur cœur ! », on se prépare à la proclamation de l’évangile.

Nous sommes appelés enfants de Dieu, et nous le sommes ! » (1 jean 3)

Dans l’évangile, la Parole de Dieu a résonné dans les cœurs : une seule Parole pour tous les temps ! « C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses. En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! » Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait. »

Proclamation de l’évangile de la Sainte Famille

Pendant l’homélie, le Père David nous rappelle l’importance de la famille qui doit recevoir son modèle de celle de Jésus, Marie et Joseph : église domestique, centrée sur le Christ, qui seul peut fonder solidement chacune de nos familles.

L’homélie

La grande prière universelle de ce jour s’appuyait sur les intentions données par le Saint Père François, en particulier pour les familles, mais aussi, elle suppliait Dieu, par l’intercession de son évêque saint Ayrald, d’obtenir pour notre diocèse les vocations dont l’Eglise a tant besoin : « Avec saint Ayrald, chartreux, prions pour les familles. Celles qui sont sur les routes de l’exil loin de leur patrie, persécutées à cause de leur foi, celles qui sont divisées, séparées, dénigrées. Que nous sachions trouver des solutions concrètes pour accueillir, aimer, respecter et pacifier les familles meurtries » ; « Avec saint Ayrald, évêque de Maurienne, prions pour que notre diocèse et nos communautés paroissiales aient le souci de la prière constante pour les vocations sacerdotales et religieuses, et que cette prière se traduise en actes, faisant entendre clairement aux plus jeunes l’appel à suivre le Christ dans un engagement total ».

Prière Universelle, dimanche 27 décembre 2015.

Alors que s’approche l’heure du grand départ des reliques pour s’en aller rejoindre les pères chartreux, elles vont pour la première fois depuis de nombreux siècles, sortir solennellement de la cathédrale, précédant l’assemblée des chrétiens qui pourront les saluer avec affection en cette occasion unique.

La garde d’honneur des reliques s’apprête à quitter la cathédrale

Saluée par les jeux de l’orgue les plus solennels, la procession se forme

Sortie au son des chants de fête : heureux, bienheureux qui écoute
la Parole de Dieu ! Saint Ayrald, priez pour nous !

Devant la Porte Sainte de la Miséricorde, ouverte le 13 décembre dernier, c’est maintenant l’heure de quitter la ville, et de prendre la route de la chartreuse de Portes.

Au pied des montagnes du Bugey, station à l’église paroissiale de Lhuis.

Après un long trajet, traversant les diocèses de Maurienne, de Chambéry, de Belley, par l’antique voie qu’il a dû emprunter vers 1120 pour venir rejoindre son diocèse, saint Ayrald en ce 27 décembre a repris le chemin des montagnes du Bugey. Dans l’église paroissiale de Lhuis, construite vers l’an 1100, Ayrald a du parfois faire une halte pour prier. Il y entrait donc de nouveau après … presque neuf siècles !

Eglise paroissiale de Lhuis (photo du site église-info)

Dans cette église romane magnifique, il y a un an, la paroisse inaugurait, sous la présidence de l’évêque de Belley, un oratoire dédié à saint Bruno, fondateur de l’Ordre des chartreux. C’est donc dans cet oratoire tout récent que, profitant de l’hospitalité du curé de Lhuis, notre délégation put célébrer l’office du milieu du jour en l’honneur de saint Ayrald, avant de commencer la longue montée vers Portes.

dans l’église de Lhuis (photo diocèse de Belley)

Dans le même oratoire, vitrail de Saint Bruno (photo diocèse de Belley)

Alors que nous rejoignaient les Pères Thierry des ROCHETTES et Bertrand BERHAULT, afin de compléter notre petite délégation Mauriennaise, nous pouvions, avec la liturgie des heures, chanter autour de saint Ayrald l’hymne au Christ Pasteur : « Berger puissant qui nous conduis, Tu nous as faits pour ta lumière, et par-delà ce jour trop bref, Tu nous emmènes dans ta gloire » ! Après avoir salué la patience des quelques paroissiens de Lhuis venus faire cortège à saint Ayrald (nous avions pris une heure trente de retard sur l’horaire !), ce fut enfin le départ pour la chartreuse de Portes, et la rencontre tant attendue avec les moines du désert.

À suivre : saint Ayrald à Notre-Dame de Portes.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017

newsletter