Paroisse cathédrale Saint-Jean de Maurienne
http://paroissecathedralemaurienne.com/LES-RELIQUES-DE-SAINT-AYRALD-A-LA-CHARTREUSE-DE-PORTES
      LES RELIQUES DE SAINT AYRALD A LA CHARTREUSE DE PORTES

LES RELIQUES DE SAINT AYRALD A LA CHARTREUSE DE PORTES

Le dimanche 27 décembre 2015, en la fête de la Sainte Famille

Après une longue pérégrination depuis notre cathédrale de Maurienne, en ce 27 décembre 2015 vers 16 heures 15, les reliques de saint Ayrald, chartreux et évêque de Maurienne au début du XII° siècle sont arrivées en son ancienne Maison, Notre-Dame de Portes, que l’on nomme aussi la « chartreuse des saints ».

Située près du sommet du col de Portes, à 1000 mètres d’altitude, le monastère du même nom est la première fondation cartusienne suivant celle de la Grande Chartreuse. C’est en effet en 1115, époque à laquelle le bienheureux Ayrald vivait déjà, que deux moines bénédictins d’Ambronay, Bernard et Ponces, choisirent l’austère solitude du massif de Portes pour y vivre selon l’idéal évangélique des premiers fils de saint Bruno. Saint Anthelme et saint Arthaud, évêques de Belley, saint Ayrald, évêque de Maurienne, furent, comme l’écrivait dernièrement le Prieur de Portes à notre évêque au sujet d’Ayrald, « sans aucun doute l’une des plus belles fleurs issues de notre désert, et l’un de ceux qui méritèrent à notre monastère le beau nom de chartreuse des saints ».

La chartreuse de Portes, où saint Ayrald vécut selon la règle des chartreux, avant de devenir l’évêque du diocèse de Maurienne (photo Wikipedia). Elle occupe toujours son emplacement d’origine, depuis sa fondation en 1115.

La vie de solitude, de silence, de prière et de travail des frères chartreux, entièrement centrée sur le Christ, appelés par Dieu à « entretenir avec lui de fréquents colloques, comme il se fait entre amis » (statuts de l’Ordre), est organisée de manière à offrir au Seigneur dans la prière comme dans le travail et le repos, un culte ininterrompu : « vaquer à Dieu seul est une fonction que nous avons à remplir dans l’Eglise, où le visible est ordonné à l’invisible, l’action à la contemplation » (d’après les Statuts). La liturgie, dans la solitude de leur cellule ou à la chapelle, y tient une place très prépondérante.

Dans cette vie de solitude, l’appel du Pape François à l’occasion de l’année de la Vie Consacrée, à approfondir leur charisme particulier en se rapprochant au plus près de l’esprit de leurs fondateurs, a été entendu. C’est dans ce sens que les chartreux ont voulu honorer de manière toute spéciale leurs saints et bienheureux prédécesseurs dans la vie cartusienne, dont Ayrald est une grande figure. La règle de la stricte clôture ne leur permettant pas de quitter leur monastère pour venir prier près de leur saint évêque, c’est donc ce dernier qui vint à eux, en ce beau dimanche de décembre.

Avec un peu de retard sur l’heure annoncée, les voitures de notre délégation arrivent devant le grand portail d’entrée de la chartreuse. Il règne sur les lieux un silence absolu. Nous étions attendus, et la première visite d’Ayrald à ses frères depuis neuf siècles allait être un moment de grande profondeur spirituelle, riche aussi en émotions pour ceux qui eurent la chance d’accompagner le saint évêque.

Tandis que les reliques prennent place à la porte du monastère, première rencontre avec un jeune moine de Portes : il a probablement l’âge qu’avait Ayrald lorsqu’il fut appelé à l’épiscopat

A peine sommes-nous descendus des voitures qui nous ont conduit ici, que s’ouvre le grand portail du XVII° siècle qui barre l’entrée du monastère. Deux frères aux visages rayonnants s’avancent vers nous : nous saluons le Prieur de Portes, successeur du bienheureux Ayrald, et un autre frère qui viennent à notre rencontre. Pendant que prend place devant la grande entrée la délégation qui porte les reliques et en assure la garde d’honneur, la cloche de la chapelle sonne, joyeuse dans le silence de la forêt : elle annonce aux religieux la belle nouvelle qui vient aujourd’hui perturber le calme de leur Maison : leur frère aîné, saint Ayrald, attend à l’entrée de la chartreuse : il revient chez lui !

Le frère Prieur s’approche maintenant de notre petit groupe entourant les reliques. Sa haute stature impressionne, mais il émane de lui une douceur et une bonté qui désarment immédiatement toute appréhension. Il nous explique en quelques mots le déroulement du temps d’accueil des reliques préparé par la communauté. Nous comprenons alors toute l’importance que revêt pour eux cette rencontre au-delà des siècles, entre notre diocèse de Maurienne et l’Ordre des fils de saint Bruno : il nous invite en effet, portant avec nous l’évêque Ayrald, à franchir la clôture du monastère.

La solitude volontaire des chartreux a pour finalité la communion intime avec le Christ. Une règle stricte, issue des siècles de pratique de la vie monastique, encadre la vie des religieux. Les frères ne sortent pas de leur cellule sans motif sérieux, n’adressent pas la parole aux étrangers au monastère sans l’aval du Prieur. Dans le temps de noviciat, ils ne rencontrent pas même leur famille ; par la suite, les visites quand elles sont permises, ne peuvent être que rares et fort courtes. Nous comprenons donc, avec une grande émotion, que saint Ayrald, aujourd’hui, n’est pas un étranger, mais bien un frère parmi ses frères, dans sa première maison, et la bonté des chartreux nous permet de bénéficier de cette faveur en l’accompagnant maintenant.

Le Prieur de Portes, successeur du bienheureux Ayrald, invite
la délégation de Maurienne à enter au monastère

Le Prieur impose l’encens, et lentement se forme alors le long cortège qui va rejoindre la salle du chapitre de la chartreuse. Une voix s’élève : « Alléluia, alléluia, louez le Seigneur » ! La mélodie liturgique est sobre, lente, sans ornements superflus. Cette prière est celle des chartreux … Saint Ayrald marche en dernier, à la place la plus digne, précédé du Prieur de Portes, des membres de la délégation de Maurienne, et des treize autres frères.

On chante les psaumes 148, 149 et 150, tandis que, lentement, nous traversons des corridors, longeons de vastes couloirs, puis une partie du cloître, pour arriver au chapitre. Devant nous marchent les moines, formes blanches sans âge, sans noms ni visages, et dont les voix implorent la grandeur de Dieu : « Louez le Seigneur depuis la terre, monstres marins, tous les abîmes ; feu et grêle, neige et brouillard, vent d’ouragan qui accomplis sa parole ; les arbres des vergers, tous les cèdres ; les montagnes et toutes les collines, les bêtes sauvages et tous les troupeaux, le reptile et l’oiseau qui vole ; les rois de la terre et tous les peuples, les princes et tous les juges de la terre ; tous les jeunes gens et jeunes filles, les vieillards comme les enfants. Qu’ils louent le nom du Seigneur, le seul au-dessus de tout nom ; sur le ciel et sur la terre, sa splendeur » !

Après cette longue procession, chacun a maintenant pris place dans la salle du chapitre, au cœur du très grand silence. Sur l’autel, un voile doré et deux cierges : c’est là que seront placées les reliques pour accueillir saint Ayrald le chartreux. Le porteur du reliquaire s’avance, et conduit à l’autel par le Prieur, il y intronise les reliques. La mission confiée est maintenant accomplie : Ayrald a retrouvé ses compagnons d’autrefois. Nous nous agenouillons pour un long temps de prière silencieuse, parmi ces moments dans l’existence, où on ressent de manière très privilégiée la grâce, portés par la communion des saints.

Accueil liturgique en l’honneur de saint Ayrald

Mettant fin à cette prière silencieuse, le chant des litanies en l’honneur de saint Ayrald s’élève maintenant. Economes de mots, les frères de la chartreuse rassemblent en quelques invocations, toutes les vertus de leur saint frère. Chacun put répondre avec ferveur, et le chœur formé par les moines et leurs hôtes fut bien vite unanime !

Cette litanie fut suivie d’un nouveau temps de prière silencieuse, terminé par l’antienne « Beatus servus », à l’image de notre évêque saint Ayrald :

Heureux le serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train de veiller : Amen je vous le dis, il recevra la meilleure part !

Alors la communauté se lève, toujours dans le plus grand silence, et chacun, s’étant incliné devant le reliquaire, regagne sa cellule. Auparavant, le Prieur avait pris le temps de remercier, au nom de chacun des frères, notre diocèse en la personne de son évêque, et toutes les personnes qui ont donné de leur temps pour rendre possible cette visite extraordinaire. Ainsi prit fin ce beau temps de l’accueil liturgique à la chartreuse de Portes. Restèrent dans la salle les membres de la délégation, le frère Prieur, et un jeune religieux connu de l’un des prêtres de Maurienne présents.

Nous fûmes ensuite reçus à l’hôtellerie extérieure, pour un moment de convivialité autour … d’un verre de chartreuse ! Là encore, le ton enjoué des deux frères nous donna à comprendre toute l’importance de l’instant qui venait de se vivre. En effet, nous avons bien vite réalisé que cette discussion fraternelle n’était rendue possible que par dérogation à la règle du grand silence.

Ce fut l’occasion de se redire l’importance de prier les uns pour les autres, et de réaffirmer qu’en ce dimanche de décembre 2015, un jumelage spirituel s’était établi entre le diocèse de Maurienne et la chartreuse de Portes, la chartreuse des saints, la chartreuse de saint Ayrald, l’artisan de cette renaissance du lien spirituel entre nos deux familles, diocésaine et religieuse. Nous ignorons encore tous les fruits spirituels qui découleront de ces moments très forts, et de la prière de chacun, mais Dieu le sait : ils seront abondants, assurément !

C’est le dimanche 7 février 2016 que les reliques du bienheureux Ayrald quitteront à nouveau la chartreuse, pour revenir à la cathédrale de Maurienne. Elles y seront accueillies aux cours de vêpres solennelles à 16 heures.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Savoie

RCF Savoie

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

PNG


Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

newsletter