Paroisse cathédrale Saint-Jean de Maurienne
http://paroissecathedralemaurienne.com/Saint-Gontran

Saint Gontran

Fête le 28 mars
  • Imprimer cet article
  • 22 mars 2015
  • réagir

Gontran est à l’origine du diocèse de Maurienne. C’est sous son règne que sainte Thècle apporte les reliques de Saint Jean-Baptiste

Son histoire :

Né en 525, Gontran est le second fils de Clotaire Ier et donc le petit fils de Clovis et de sainte Clotilde. A la mort de Clotaire en 561, le royaume des Francs est partagé entre ses quatre fils ; Gontran reçoit la Bourgogne et plusieurs territoires dont la Savoie. Sa capitale est Chalon-sur-Saône.

Gontran a été mêlé à toutes les luttes d’influence entre ses frères, chacun voulant réunifier le domaine franc à son profit. Très généreux envers les évêchés et les monastères, il fait aussi d’importantes donations aux abbayes. D’après une veille tradition, lors d’un voyage à Rome, il trouve un trésor en vallée d’Aoste et s’en sert pour restaurer de nombreuses églises valdotaines détruites par les Barbares.
Mais surtout Gontran est à l’origine du diocèse de Maurienne. C’est sous son règne que sainte Thècle apporte les reliques de saint Jean Baptiste. A cette époque les Lombards ont pénétré en Italie ; ils occupent toute la plaine du Pô et menace la province cottienne (capitale Suse) dont fait partie la Maurienne. En 574, Gontran, victorieux des Lombards, rattache cette province à son royaume et fonde un évêché en Maurienne sur le versant français des Alpes plus facile à protéger contre les Lombards : le nouvel évêque est Felmase, qui porte le titre d’évêque de Suse et de Maurienne.

Son culte :

Grégoire de Tours (mort en 594) fait l’éloge de son contemporain le bon roi Gontran, généreux envers l’Eglise et envers les pauvres. Gontran meurt le 28 mars 592 ; enterré à Chalon-sur-Saône, il est vénéré très tôt, dès le VIIe siècle, comme un saint à qui on attribue de nombreux miracles. En vallée d’Aoste, il est mentionné dès le XIIIe siècle dans le martyrologe de la cathédrale, où il y a encore une belle statue ; sa fête était solennellement célébrée jusqu’en 1967.

La Maurienne lui voue un culte particulier. Saint Gontran est représenté sur un vitrail et sur un haut dossier des stalles de la cathédrale de Saint-Jean, qui possédait jusqu’à la Révolution un de ses bras. Dans le Bréviaire de 1512, la litanie des saints porte une invocation à saint Gontran. Supprimé à partir de la Révolution, la fête de saint Gontran est rétablie en 1858 par Mgr Vibert ; elle figure toujours au Propre des diocèses de Savoie à la date du 28 mars.

Autrefois, saint Gontran était vénéré à Villargondran par une fête solennelle, approuvée en 1721 par Mgr de Masin. Une vieille tradition prétendait que cette paroisse proche de Saint-Jean aurait été fondée par Gontran, qui avait donné son nom au village. En fait, l’éponyme de ce village est Gondran, nom assez répandu au moyen-âge, qui se retrouve en Maurienne dans un lieu-dit près de Saint-Jean et dans un hameau de La Chapelle. En Bretagne, une commune s’appelle Saint-Gondran ; aucun saint n’est appelé Gondran et son éponyme est Gordien (santus Gordianus dans les anciens cartulaires).

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Savoie

RCF Savoie

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

PNG


Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

newsletter