Paroisse cathédrale Saint-Jean de Maurienne
http://paroissecathedralemaurienne.com/Sainte-Thecle

Sainte Thècle

Fête le 25 juin

C’est grâce à sainte Thècle que les reliques de saint Jean-Baptiste sont en Maurienne.

Son histoire

D’après la tradition, au VIe siècle trois moines irlandais revenant de Terre Sainte s’arrêtent dans une localité de Maurienne à Volascis (Valloire ?). Ils parlent des miracles opérés par les reliques de Saint Jean Baptiste à Alexandrie en Egypte ; une jeune fille, appelée Tygre ou Thècle, rêve alors de procurer à son pays quelque partie de ces précieuses reliques.
Thècle entreprend le voyage, rejoint Rome ou elle visite les tombeaux des apôtres, puis s’embarque pour l’Egypte. A Alexandrie, malgré de nombreuses difficultés, elle persévère : pendant deux ans chaque jour elle se rend au tombeau du saint sans que sa prière ne soit exaucée. Au bout de la troisième année, elle repart avec la relique et prend le chemin du retour. C’est dans la ville appelée Maurienne qu’elle dépose la relique. Le roi Gontran se chargera de la construction de l’église et fera de la ville de Maurienne le siège d’un nouvel évêché.
Cependant Thècle, désireuse de pratiquer cette vie érémitique dont elle avait beaucoup entendu parler en Orient, se retire au-dessus de la ville de Maurienne dans un lieu qui deviendra la grotte de Saint Thècle. Sa Sœur Pigménie la rejoint avec douze veuves : à la grotte, on fait ajouter un corps de logis. Thècle mène une vie angélique et se prépare à la mort. Après avoir distribué tous ses biens aux pauvres, elle s’éteint dans le Seigneur le 25 juin. Là s’arrêtent les récits détaillés des manuscrits, sans nous dire ou elle a été enterrée.

Histoire ou légende ?

Deux faits historiques sont certains : le culte des reliques de saint Jean Baptiste à Saint Jean de Maurienne dès la fin du Vie siècle et la fondation de l’évêché Maurienne à la même époque.
Quand à sainte Thècle, elle est connue grâce à trois documents, de valeur historique inégale. Le premier et le plus important, est le récit de Grégoire de Tours (mort en 594) dans son ouvrage « la gloire des bienheureux martyrs ». Le deuxième document, un manuscrit du Xe siècle, donne le nom de Tygris (qui deviendra plus tard Thècle) et son pays natal (Volascis=Valloire ?). Le troisième document est aussi un manuscrit reproduit dans le Bréviaire de Maurienne de 1512, qui fournit de nombreux renseignements complémentaires et nous dit que les reliques rapportées sont « les doigts qui ont touché la tête du Seigneur dans le fleuve du Jourdain ».

Son culte

Le culte de Sainte Thècle est strictement local, limité au diocèse de Maurienne. Sa fête est célébrée le 25 juin, lendemain de la fête de saint Jean Baptiste. Une seule église lui est dédiée, celle du Bourget en Huile. A Saint-Jean, la chapelle Sainte Thècle est une partie ancienne de la Cathédrale ; à Valloire, la chapelle Saint Thècle, près de l’emplacement présumer de sa maison natale, ne remonte qu’au XVIe siècle (rebâtie en 1817). Dans plusieurs églises de Maurienne, il y a un vitrail de sainte Thècle.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Savoie

RCF Savoie

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

PNG


Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

newsletter